Petite entorse…

à la ligne éditoriale du site de l’U.S. JOSBAIG.

En ces temps troublés et anxiogènes, il est de bon ton de rester soudés et de (re)trouver un peu de cohésion. Les semaines actuelles devraient être normalement bien plus animées dans la Vallée à l’approche du Carnaval.

Mais la Covid est passée par là. Le masque chirurgical a chassé le masque festif. C’est bien mois drôle. Un seul point commun : une possible migraine. Mais pas pour les mêmes causes.

Yannick LOUSTAUNAU, ancien joueur du club et Président de l’Association du Carnaval de 1995 à 1998, a pris sa plume pour proposer une belle initiative. La chronique est parue dans “La République des Pyrénées” le 12 janvier dernier mais elle vaut une nouvelle publication.

A bon entendeur !!



Le nez dans les archives – n°9 : il y a très exactement 93 ans…

Votre webmaster a décidé de vous offrir un petit cadeau de Noël qui provient du fin fond des archives.

Le 23/12/1927, le journal local “L’Indépendant” diffusait le premier compte-rendu de l’histoire de l’U.S. JOSBAIG dans sa chronique “Chez les jeunes Propos d’un simple”. Ce billet fait état de la création récente de notre club et d’une rencontre face à PRECHACQ-NAVARRENX.

Ce match est, à ce jour, comptabilisé comme le tout premier de l’histoire du club.

Pas de score, pas de composition d’équipe, mais un lieu : GERONCE. Et le début d’une grande histoire.

Bonne lecture.

Passez toutes et tous de très bonnes fêtes de fin d’année !!!



Le nez dans les archives – n°8

Belle trouvaille un peu par hasard !

Le 19 novembre 1939, la sélection Basco-Béarnaise du 8e Bataillon des Chasseurs a affronté la sélection Roussillon-Languedoc du 2e Bataillon de Chasseurs. Le match a lieu au stade Jean-Laffon de PERPIGNAN. Stade qui deviendra celui du XIII Catalan l’année suivante, et ce jusqu’aux années 60, puis du… football en 2008.

Dans les rangs de la première équipe citée, 4 représentants de l’U.S. JOSBAIG : LABAT – CHRESTIA-BLANCHINE – RUIZ et LASSALLE.

Article de “L’Indépendant des Pyrénées” du 26-27 novembre 1939.

Le nez dans les archives – n°7

Le confinement a donc fait son grand retour. C’est une nouvelle fois l’occasion de nous replonger hebdomadairement dans les archives du club.
Aujourd’hui, retour sur LE DERBY qui se multiplie toutes les semaines sur la chaine cryptée et que même les anglo-saxons (inventeurs du mot) nous envient ! Mais ici, nous évoquerons le vrai. Le seul. L’unique.
Nous partons en 1941 avec le compte rendu de la rencontre qui a opposé NAVARRENX à l’U.S. JOSBAIG le 2 novembre 1941.

Paru dans “L’Indépendant des Pyrénées” le… 5 novembre 1941.

Bonne lecture.

“Le nez dans les archives” – n°6

Le déconfinement se met doucement en place mais le nez reste dans les archives.
Petite surprise au réveil ce matin avec un message de Pierre CHAPUIS, un grenoblois passionné du XIII, qui souhaitait obtenir des informations au sujet de Clément ANDRINOPLE et va créer une fiche Wikipédia le concernant.
Et trouvaille par la même occasion : Clément a disputé (et perdu) une finale de Coupe de France à XIII le 20 mai 1956 à PERPIGNAN face à l’ogre de la période à savoir AVIGNON.

Dernière chose : un grand merci à la famille MARIMBORDES qui nous a transmis une photo de l’équipe de France à XIII au sein de laquelle Clément ANDRINOPLE (2e en haut à gauche) a décroché son unique cape le 2 mars 1958 face à la GRANDE-BRETAGNE.

Le bulletin de l’U.S. JOSBAIG du mercredi 29 avril 2020

Le confinement réduit les échanges directs mais la vie du club se poursuit.

Pour cela, le site internet de l’U.S. JOSBAIG s’est enrichi de plusieurs articles. Notre web master profitant du confinement pour enrichir l’histoire du club, notamment avant la deuxième guerre.
On vous conseille de consulter le site internet du club : www.usjosbaig.com et notamment la rubrique : « Le nez dans les archives ».

NOUVEAUX ENTRAINEURS
Franck DION et Santiago RODINO sont les entraîneurs de l’équipe 1 pour la saison prochaine.
Antony BOSSY et Stéphane LAPLACE-HILAIRE poursuivent leur expérience en réserve.

Nous remercions chaleureusement Gilbert TICOULAT pour ses dix années passées au club et son investissement dans l’entraînement des seniors. Durant son mandat, l’équipe aura eu l’honneur de disputer deux finales de championnat de France, de glaner quelques titres territoriaux et d’accéder cette année en Honneur.
Nous souhaitons plein de bonnes choses à Gilbert qui sera toujours le bienvenu à JOSBAIG.

POULE POSSIBLE EN PREFEDERALE
Le niveau honneur territorial change de nom et s’appellera Préfédérale la saison prochaine.
La saison devrait débuter le 20 septembre, tout autant que le nouvel adversaire « Coronavirus » reste calme.
La Ligue n’a pas indiqué la poule qui devrait devenir officielle sous quinzaine car certains clubs n’ont pas encore confirmé leur participation à ce niveau.

Nous simulons la poule de la prochaine saison juste pour le fun, et attendons la confirmation de la Ligue.
Elle devrait comporter 7 clubs béarnais et 3 clubs landais soit : BÉNÉJACQ – NORD BÉARN – ESCOU – LEMBEYE – SÉVIGNACQ – RC BÉARNAIS – JOSBAIG – MONTFORT – HABAS – LÉON ou SAINT-SEVER.

PROMPT RETABLISSEMENT
Toutes nos pensées et nos vœux de prompt rétablissement pour notre ami Albert MICHELS qui a subi une intervention dernièrement.

Jacques LAHERRE

“Le nez dans les archives” – n°5

Après 4 premiers bulletins consacrés aux premières années de vie de l’U.S.J., nous avançons un peu plus dans le temps et prenant la direction des années 60 où le club commence à truster ses premiers titres ou à se rapprocher des podiums.

Lors de la saison 1964-1965, l’U.S.J. est qualifiée en deuxième phase pour accéder aux demi-finales Honneur en compagnie de 2 voisins contre lesquels la bataille est rude : le S.A. MONEIN et l’A.S. ASASP.

Le match à ASASP du 17 janvier 1965 se conclut par une défaite 8 à 3 avec un fait de jeu rare puisque l’arbitre de champ, doutant de l’impartialité du juge de touche, lui demande de rendre son tablier et son drapeau à la 30e suite à une série de décisions contestables.

Trois jours plus tard et donc avant le match retour à GEÜS-D’OLORON du 7 février 1965, Louis CARYUZAA, correspondant sportif de l’époque, lance le débat sur l’intégrité et la droiture des juges de touche. JOSBAIG s’était incliné à l’aller notamment sur un essai accordé par l’arbitre de jeu qui faisait totalement confiance à son collègue. Cet essai avait entraîné une grande protestation sur et autour du pré.
Le reporter va dévoiler dans son article une “photo-témoin” qui met une pièce dans la machine avant ce match de feu.

“La République des Pyrénées” – Mercredi 20 Janvier 1965

NB : L’article est altéré en fin de deuxième colonne et pour la troisième colonne. Retrouvez ici le contenu retranscrit :
« Sur ces deux points, nous serons ferme. Dans le deuxième cas, nous étions trop loin pour juger. Mais dans le premier fait, nous dirons sans détours, placés à moins d’un mètre du drapeau de but, que l’essai n’est pas valable : Carrassoumet a mis le pied extérieur en touche avant de plonger, puis a heurté la hampe du drapeau de but durant son plongeon. Tout ceci pour vous dire que, pour tout le monde, l’essai de Chague a été accueilli comme une bénédiction du ciel, dissipant tous les doutes sur la victoire asaspoise. Les plus heureux étaient doute, en plus de l’arbitre, les dirigeant asaspois, fort marris de cet incident, et qui n’ont rien vu puisqu’ils étaient aux alentours de la ligne médiane. Il est certain que le contre de Chague sur l’arrière Lafourcade a évité des incidents peut être graves.
On voit donc le rôle qu’un juge de touche peut avoir dans le déroulement d’une partie. Nous ne pouvons que conseiller aux dirigeants de club de bien réfléchir aux conséquences qui peuvent en découler, de ne pas confier à n’importe qui le port d’un drapeau et nous adresserons au Comité du Béarn une suggestion : pourquoi, pour les matches aussi importants que celui de dimanche dernier, ne pas désigner des juges de touche qui seraient neutres qui seraient vraiment, dans des cas semblables, d’une aide précieuse pour l’arbitre, “cet homme seul” ? Les dirigeants de clubs seraient peut-être ravis, en payant deux petites indemnités supplémentaires, d’avoir la paix et la régularité assurées le long des touches. C’est du moins notre opinion. »

Pour la petite histoire, l’U.S.J. s’imposera à GEÜS 3-0 lors d’une rencontre disputée devant une foule record (le club parle d’un “record de recette”). Cette victoire qualifie l’U.S.J. pour les demi-finale Honneur mais MORLAAS s’imposera 16-3.
L’équipe entraînée par Jean BELHARTZ est déclarée Championne du Béarn 2e série à la faveur de péripéties fédérales et s’inclinera au premier tour du Championnat de France face à MAUBOURGUET à ARGELES-GAZOST le 14 mars 1965 sur le score de 8 à 3.

“Le nez dans les archives” – n°3

Après deux premiers articles citant les clubs proches de l’U.S.J. à savoir GURS et PRECHACQ-NAVARRENX, direction la VALLEE D’ASPE avec une rencontre qui peut paraître totalement improbable à notre époque à savoir une rencontre entre l’A.S. ACCOUS et l’U.S. JOSBAIG.

Si l’existence d’un club peut paraître surprenante chez nos voisins, il n’en paraît pas moins que le célèbre proverbe sportif “dominer n’est pas gagner” s’appliquait déjà. Hélas pour l’U.S.J.

A noter, les commentaires sans détours du journaliste concernant la prestation des joueurs.

Rencontre datée du 15 décembre 1929 avec un compte-rendu diffusé dans le journal “L’Indépendant” le vendredi 20 décembre suivant.

Le bulletin de l’U.S. JOSBAIG du lundi 30 mars 2020

SAISON TERMINEE

La décision de la FFR est tombée vendredi soir et annonce la fin de la saison 2019-2020. Aucun titre : départemental, de Ligue et de France ne seront donc attribués cette saison, suite à la pandémie.

Les plus optimistes auront des regrets pour nos Jaune et Noir qui avaient réalisé une première phase exceptionnelle. Pour autant, rien n’était garanti lors ce printemps qui semblait s’annoncer radieux sportivement et humainement parlant.

Notre santé et celle des autres est bien plus importante que les compétitions sportives et la décision fédérale est la plus sage !

Pour la montée en Honneur gagnée sur le terrain, la décision devrait se prendre cette semaine d’après le communiqué de la FFR… mais rien ne presse car elle est consécutive aux cascades de montées et descentes depuis le Top 14.

Même si cette fin de saison est frustrante, les circonstances nous obligent à ne pas se plaindre notamment si nous sommes en bonne santé. Ces désagréments devraient inciter, pour ceux qui souhaitaient arrêter leur carrière, à rempiler un an de plus. A méditer et prenez soin de vous !

CARNET NOIR

Nous avons appris avec tristesse le décès du père de Jacques LARREBAIGT, notre ancien président, toujours fidèle dirigeant et journaliste dominical. Nous lui adressons ainsi qu’à toute sa famille nos sincères condoléances.

Jacques LAHERRE.